Une naissance exceptionnelle ?

19 décembre 2010, 4ème dimanche de l’Avent A Mt 1, 18-24 /

À première vue, oui, la naissance de Jésus est exceptionnelle ! Et pourtant, à y regarder de près, chacun d’entre nous n’est-il pas, comme Jésus, fruit de multiples engendrements : fruit de l’évolution de l’humanité, fruit de l’amour de ses parents et fruit de l’amour de Dieu ? Comment Jésus assumera-t-il ces racines ? Sa filiation divine fut-elle une évidence ? Et la nôtre alors ?

Enfant(s) de ses parents…

« Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : ce qui a été engendré en elle vient de l’Esprit Saint… » (Mt 1,20) L’annonciation à Joseph, qui nous est moins familière que l’annonciation à Marie, vient redire avec d’autres mots ce que nous disaient les versets précédents, concluant la généalogie de Jésus depuis Abraham, en passant par David : « … Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle est né Jésus, que l’on appelle Christ. » (Mt 1,16) Matthieu, qui s’adresse à des judéo-chrétiens, veut signifier avec insistance que Jésus vient accomplir les Écritures et donc qu’il est bien, à la fois, et descendant de David, par Joseph ; et né d’une vierge, par Marie ; et Fils de Dieu, par l’Esprit Saint. Mais, pour nous-autres, cartésiens, qui aimons raisonner à l’aide du principe de non-contradiction (cela ou cela), qu’il est difficile de tenir ensemble ces affirmations ! Il suffirait pourtant de regarder du côté des familles recomposées pour entrevoir comment peut se vivre une double paternité ou une double maternité… Mais, plus fondamentalement, chaque être humain n’est-il pas à la fois : fruit de l’évolution du Vivant, et cela est marqué dans nos gènes ; fruit de l’amour de nos parents, et cela est marqué dans nos gènes ; fruit de l’Esprit Saint, et cela est marqué dans nos gènes ! Car notre patrimoine génétique n’est pas constitué que de chromosomes mais aussi de l’intelligence et des savoir-faire accumulés depuis des milliers de générations. Il est forgé également  par la culture, la religion, la langue, les traditions, etc. dont nos parents sont porteurs. Et il est encore marqué du chromosome « Esprit », ce souffle de Dieu insufflé en chaque humain, qui atteste de notre capacité à devenir Fils de Dieu… Comme Jésus non ?

Enfant(s) légitime(s) de Dieu…

Oui mais quand même… Jésus est le Fils unique, et nous, nous sommes des enfants adoptifs non ? N’est-ce pas ce que nous dit saint Paul ? « Vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils adoptifs… Cet Esprit lui-même atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. » (Rm 8,15-16) En fait, littéralement, le texte dit que nous avons reçu un « esprit d’adoption filiale », et que cet Esprit lui-même atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu… Je ne sais pas si je suis à côté de la plaque, mais j’entends dans ces propos que nous sommes fondamentalement enfants de Dieu, que nous l’avons oublié, et que l’Esprit Saint, cet « esprit d’adoption filiale », vient l’attester de nouveau à notre esprit. Il nous invite donc à « adopter » Dieu comme notre Père, à consentir librement à être enfants de Dieu ! Comme nous avons, d’une certaine manière, à adopter nos parents ou, si vous préférez, à accepter et choisir librement d’être effectivement les enfants de nos parents – avec les éventuels pardons nécessaires-. De plus, fondamentalement, nos parents ne sont pas à l’origine de la vie. Ils nous ont transmis, ce que tous les êtres vivants transmettent, une vie qui vient de Dieu depuis la Création du Monde. Nous sommes donc bien des enfants légitimes, et non adoptifs, de Dieu… Comme Jésus non ?

Enfant(s) bien-aimé(s)…

Oui mais quand même, il y a bien une différence entre Jésus et nous, non ?… Ne voulant pas raviver ici les querelles christologiques des premiers siècles, je sais bien que la filiation entre Jésus et son Père est différente de la nôtre. Il est le Verbe fait chair, de même nature que le Père, une des personnes de la Trinité… Nous sommes pour notre part des êtres créés par Dieu… Mais si notre origine est différente, notre destinée l’est-elle ? L’incarnation du Verbe est justement l’aboutissement de la Création. Lui qui a dû lutter contre les tentations tout au long de sa vie terrestre pour être fidèle à sa filiation divine, nous a ouvert le chemin de la fidélité à notre propre filiation divine. En effet, au début de sa vie publique, il reçoit la confirmation du ciel qu’il est vraiment le « Fils bien-aimé » du Père, et tout de suite il est conduit par l’Esprit au désert afin d’y être tenté, c’est-à-dire afin de le fortifier face aux différentes tentations à ne pas assumer cette filiation. Ne l’a-t-il pas vécue pour nous de façon unique et salvatrice, mais aussi pour nous apprendre à accepter de vivre en enfants bien-aimés… Comme lui non ?

Alors, cette naissance unique et exceptionnelle que nous allons célébrer,

N’est-elle pas aussi la célébration de notre propre filiation divine ?…

Y consentirons-nous ?

Ce contenu a été publié dans Commentaires de l'évangile dominical. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Une naissance exceptionnelle ?

  1. l- Cluny, Taizé et saint Ignace …
    L’atmosphère y était avec ma lecture de l’ouvrage de John Kiser (2002 et 2006) sur les moines de Tibhirine – avant de passer au visionnement du film « Des hommes et des dieux».
    2- Méditation du 19 décembre 2010 – Une naissance exceptionnelle ?
    L’idée de multiples engendrements m’a touchée et éclairée : celui de Joseph qui accueille le fils de Marie et celui des familles recomposées avec la possibilité d’entrevoir comment peut se vivre une double paternité ou une double maternité.
    Et le nôtre, enfants de Dieu !

  2. Ginette Coulombe dit :

    Ce qui m’a frappé c’est d’abord l’annonciation fait à Joseph on parle plutôt de l’annonciation à Marie, être engendré plusieurs fois m’a aussi touchée ayant vécu en famille recomposée et goûtant ses fruits. Être père ou mère ne consiste pas seulement à donner un corps mais bien les soins et apporter de l’amour au quotidien.Une différence entre Jésus et nous? Le chemin s’ouvre par de multuples façons à devenir semblable .Comme Marie accepter que naisse Jésus en notre monde encore aujourd’hui, par un vrai OUI à la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *