Rechercher Dieu, rechercher la justice, rechercher l’humilité !

29 janvier 2017, 4° dimanche ordinaire, Année A,  Mt 5,1-12a /

« Cherchez le Seigneur […]  Cherchez la justice, cherchez l’humilité » (So 2,3) Quelle belle trilogie, quel beau programme de vie, quelle belle clé de lecture pour aborder le récit des béatitudes ! À l’heure où l’on voit une nouvelle génération de dirigeants, ou de simples citoyens -se disant chrétiens- utiliser les références chrétiennes comme bon leur semble ; prôner une pratique religieuse dite « décomplexée » et donc offensive ; chercher sans vergogne la richesse et le pouvoir au détriment de toute justice sociale etc… : qu’il est bon de revenir à l’Évangile et l’évangile des béatitudes en particulier ! Reprenons donc cette trilogie proposée par le prophète Sophonie comme grille de lecture : cherchez le Seigneur, cherchez la justice, cherchez l’humilité…

Cherchez le Seigneur !

Arrêtons-nous d’abord sur le verbe « chercher ». Puisque le prophète nous invite à être en recherche, cela veut dire que nous ne pouvons jamais prétendre avoir saisi le Seigneur, avoir tout compris des implications d’une vie chrétienne. Comment peuvent-ils prétendre, ces faux chrétiens, que la vie chrétienne se résumerait à être anti-avortement, pour la peine de mort, contre les migrants, les homosexuels, les étrangers, les noirs etc… ? Comment peuvent-ils croire un seul instant, que l’on peut polluer la Création et l’exploiter sans mesure sans offenser Dieu ? Comment peuvent-ils se prétendre chrétiens et vouloir dresser les nations les unes contre les autres, bâtir des murs, vouloir la prospérité des uns au détriment des autres ? Le Parole de Dieu nous dit, au contraire, « cherchez le Seigneur, cherchez sa volonté, recherchez sa présence dans les autres peuples, les autres religions, les autres humains… » N’est-ce pas ce que nous disent également les béatitudes : heureux les pauvres de cœur, c’est-à-dire ceux qui ne mettent pas leur assurance en eux-mêmes ou en leur propre vision du monde, mais qui cherchent à voir le Monde avec les yeux de Dieu, à le recevoir de Lui, à le bâtir selon sa volonté ! Heureux les cœurs purs, ceux qui ne sont pas cyniques, calculateurs, méchants mais cherchent partout le Bien, le Beau, le Bon !

Cherchez la justice !

Rechercher la justice, ensuite, ce n’est pas simplement vouloir qu’il me soit fait justice, que j’aie un salaire juste, que les bons soient récompensés et les méchants punis. Non ! Rechercher la justice, selon la logique de l’Évangile, c’est vouloir que tous les êtres humains soient traités de façon juste et digne, que chacun reçoive un juste salaire pour son travail, que la répartition des biens de la Création se fasse équitablement, que les pauvres comme les riches puissent avoir accès à tout ce qui permet une vie digne : habitation, nourriture, éducation, santé, culture, assurance sociale etc… Que les rapports entre les nations soient également justes, que tous les peuples puissent vivre dans la paix, la dignité, le respect de leurs cultures ! Recherchez la justice, c’est encore vouloir que dans chaque situation je trouve l’attitude juste qui sauvegarde avant tout la charité. Plusieurs béatitudes nous parlent de cette quête de justice : Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, heureux les miséricordieux, heureux les artisans de paix, heureux ceux qui sont persécutés pour la justice ! Cela ne signifie pas qu’ils doivent se complaire dans leur situation, mais qu’ils ont pris la bonne voie s’ils sont en recherche de justice pour tous et qu’ils seront consolés s’ils sont victimes d’injustices !

Cherchez l’humilité !

L’humilité, enfin, le quatrième, ou faudrait-il dire le premier des conseils évangéliques !… C’est grâce à elle que nous pouvons acquérir l’esprit de service, voir notre frère comme plus grand que nous, nous détacher de notre volonté propre pour rechercher la volonté de Dieu. C’est encore l’humilité qui nous permet de servir d’abord le bien commun, de nous décentrer de nous-mêmes, de mettre notre confiance en Dieu plutôt qu’en nous. N’est-ce pas ce que nous disent encore les béatitudes ? : Heureux les pauvres de cœur ; Heureux ceux qui pleurent (ce qu’on appelle la componction chez les pères du désert : pleurer par conscience de notre péché et de nos offenses) ; Heureux les doux ; Heureux les miséricordieux… Nous ne pouvons rien vivre de tout cela sans humilité ! Mais attention à ne pas confondre humilité et humiliation : l’humiliation déshonore la dignité de l’être humain, l’humilité, au contraire, le fait ressembler à son Créateur !

Je reconnais ne pas avoir repris en détail ces belles béatitudes, mais je m’en tiens aux prémices, n’est-ce pas déjà tout un programme de vie :

Rechercher Dieu…

Rechercher la justice…

Rechercher l’humilité…

Ce contenu a été publié dans Commentaires de l'évangile dominical. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *