L’Éternité est en marche !

9 avril 2017, Dimanche des Rameaux, Année A,  Mt 26,14-27,66 /

Nous voici au seuil de la Semaine Sainte, le sommet de notre année liturgique ! En ce dimanche des Rameaux, à travers le long récit de la Passion, il s’agit de nous préparer le cœur à célébrer l’essentiel de notre foi, magnifiquement résumé par saint Paul dans l’épître aux philippiens (cf. 2e lecture) : « Jésus Christ lui qui est de condition divine n’a pas considéré comme une proie à saisir d’être l’égal de Dieu. Mais il s’est dépouillé, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes, et, reconnu à son aspect comme un homme, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, à la mort sur une croix. C’est pourquoi Dieu l’a souverainement élevé et lui a conféré le Nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse, dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que le Seigneur, c’est Jésus Christ, à la gloire de Dieu le Père. » (Ph 2,6-11) L’Éternité est en marche ! Au-delà des apparences, au-delà de nos logiques humaines, la semaine sainte qui s’ouvre devant nous, nous invite à poser sur le monde, sur ses souffrances, sur ses échecs et sur ses réussites un regard de foi : le projet de Dieu pour notre monde est en train de se réaliser et rien ne peut l’arrêter ! Projet de Vie… Projet d’Amour… Projet de Plénitude…

Jeudi Saint : Projet de Vie !

             N’oublions jamais que la Passion du Christ est la conséquence de ce que fut sa vie ! Jésus est mort, non pour calmer la colère de son Père (comme l’affirme les paroles non chrétiennes du Minuit, Chrétiens), mais parce qu’on l’a tué ! Jésus est venu nous apprendre à vivre et nous donner la nourriture pour cette vie, c’est ce que nous célébrons particulièrement le Jeudi Saint. Mais sa façon de vivre était dérangeante pour les bien-pensants, les intégristes de la loi, les défenseurs de Dieu et même les tièdes… Et ils ont préféré éliminer ce gêneur, ce blasphémateur, ce titilleur de conscience… Chaque fois que nous vivons selon la façon de vivre du Christ, le projet de Vie de Dieu pour notre monde progresse ! Et ne nous laissons pas déprimer par l’effet grossissant des médias sur ce qui va mal dans notre monde. Si beaucoup reste à faire, il faut aussi voir le chemin parcouru par l’humanité… (Un seul chiffre : l’espérance de vie en France au milieu du XVIIIe siècle était de moins de 30 ans aujourd’hui elle est de plus de 80 ans… Au Togo, dans les années 1960, l’espérance de vie était de 40 ans, elle est aujourd’hui de 60 ans) Les valeurs de solidarité, de respect de tout être humain, de respect des animaux, de conscience écologique, d’interdépendance entre les peuples… progressent elles aussi, même si quelques soubresauts actuels vont dans le sens inverse…  Contemplons donc d’abord la vie de Jésus qui nous parle du projet de Vie de Dieu pour notre monde, et travaillons au déploiement de cette vie en nous nourrissant de la vie même de Jésus !

Vendredi Saint : Projet d’amour !

            Projet de vie, projet d’amour, l’un ne va pas sans l’autre… Le Vendredi Saint nous parle particulièrement de l’amour de Dieu, un amour qui va jusqu’à donner sa vie et donner sa vie par une mort infame sur une croix ! C’est par la puissance de cet amour que Dieu a vaincu le Mal et toute mort, car la mort n’avait aucune prise pour retenir, en ses griffes acérées, celui qui n’était qui vie, qu’amour et pardon. Dans cette acceptation de la condition humaine jusqu’au bout, Dieu en Jésus Christ, mort sur la croix est venu rejoindre toutes nos souffrances, toutes nos limites, toutes nos détresses… Et nous ne sommes plus seuls, et nous ne sommes plus perdant, et nous ne sommes plus désespérés ! Contemplons donc cet amour de Dieu, manifesté en Jésus Christ, et ce projet d’Amour pour notre monde… Aimé par lui de façon inconditionnelle, nous sommes rendus capables de cet amour qui nous dépasse ; capables de donner notre vie, à notre mesure, pour ceux qui souffrent, qui sont rejetés ou désespérés !

Pâques : Projet de plénitude !

              Je préfère utiliser le mot de Plénitude à celui de Salut, mais la réalité est la même ! Avec la fête de la Résurrection, nous célébrons la Vie en plénitude à laquelle nous sommes appelés… Non pas une récompense, non pas une autre vie, non pas un rêve, mais l’accomplissement de ce que nous avons commencé à vivre ici-bas ! Oui, la semaine sainte nous rappelle que notre vie ici-bas n’est qu’un passage, un lieu d’apprentissage en vue de notre plénitude, « un instant entre deux éternités » disait sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Contemplons donc la lumière de la Résurrection comme un coup de tonnerre qui vient fendre les cieux et rouvrir notre monde à son projet de plénitude ! Et travaillons dès maintenant à notre propre résurrection et à l’accomplissement du projet de plénitude pour la Création toute entière !

En cette semaine très sainte, contemplons le cœur de notre foi :

Dieu est Vie… Travaillons à son projet de vie !

Dieu est amour… Laissons nous prendre par sa puissance d’amour !

Dieu est plénitude… Soyons des témoins de l’Éternité en marche !

Ce contenu a été publié dans Commentaires de l'évangile dominical. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à L’Éternité est en marche !

  1. Rita Plourde dit :

    Après la communion tu nous disais: Devenons ce que nous avons reçu. Je n’ai jamais oublié cela et j’y pense quasi toujours quand je reçois le corps du Christ. Cette courte phrase me nourrit encore. Merci!
    .

  2. Michelle dit :

    Joyeuses Pâques Benoît !
    Avec la fête de la Résurrection, nous célébrons la Vie en plénitude à laquelle nous sommes appelés… Non pas une récompense, non pas une autre vie, non pas un rêve, mais l’accomplissement de ce que nous avons commencé à vivre ici-bas !
    Quelle belle assertion ! Oui, l’être humain a appris avec la Résurrection qu’il avait une dignité divine.
    Avec ma famille, j’ài célébré la Fête de Pâques en leur demandant : Historiquement,
    il y a combien d’années que l’Occident souligne le dimanche de Pâques ? Mes grands de 18 à 24 ans ont cherché, discuté à savoir si l’an 0 a existé ? Non, donc l’an 1 coincide avec quoi ? la naissance de Jésus ou sa mort ou le dimanche de sa ressurection, passage de la mort à la vie éternelle ? Le plaisir des Iphones fit sa danse et le concours était parti. Enfin mon grand Mikaël (19ans) déduit l’existence de Jésus à 37 ans pour calcul rapide et décréta le premier la solution : il y a 1980 dimanches de Pâques célébrés depuis par tou l’Occident. C’est spécial ? dit-on. Les uns baptisés, les autres pas, se regardèrent et spontanément se disent : Pourquoi croire à ça depuis si longtemps ? Et vous grand-père et grand-mère, pourquoi croyez-vous à celà ?
    J’ai compris pourquoi j’ai vécu si vieille, Allez, annoncez à toutes les nations …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *