Des opposants au pape François ???

                 On n’arrête pas de nous rabattre les oreilles avec les fameux opposants au pape François, je veux bien, mais soyons sérieux qu’est-ce que cela veut dire ?

-Que les catholiques se défient de lui ? Le dernier sondage mondial (datant de mars 2016) montre que 85% des catholiques dans le monde ont une bonne opinion de lui et apprécient son action. Il ne faut donc pas se laisser impressionner par quelques traditionnalistes activistes (surtout dans les pays occidentaux) qui ne rêvent que de messe en latin, qui sont contre l’œcuménisme et le dialogue interreligieux parce que leur foi, trop fragile, a peur de la confrontation…

-Qu’il devrait mener l’Église catholique en fonction des groupes de pression ? Dieu merci, sa longue expérience de pasteur, d’homme de prière, de résistant à un régime dictatorial, l’ont depuis longtemps préservé de ce genre de faiblesse. Il doit mener l’Église selon son intime conviction, inspiré par l’Esprit, comme tous ses prédécesseurs.

-Qu’il devrait laisser faire tous les groupes traditionalistes anti-conciliaires sans rien dire ? Alors que les évêques du monde entier, en concile, puis synodes après synodes, donnent des directives, font des choix, pour être toujours plus fidèles à l’Évangile dans notre monde qui bouge… On ne peut se dire de bons catholiques en se plaçant constamment et systématiquement en contradiction avec les choix de l’Église depuis 50 ans. Le rôle du pape et de la curie romaine est d’être garant de l’unité, de la communion, de la juste interprétation de la foi catholique et cela implique une certaine discipline et un certain nombre de rappels à l’ordre.

-Que l’annonce de l’Évangile devrait être populaire ? Comme un parti auquel on adhère pour un temps et que l’on rejette lorsqu’il ne nous convient plus ? Non, les exigences de l’Évangile ne sont pas toutes populaires, par exemple, lorsqu’il dénonce les riches qui ne se soucient pas des pauvres (cf. La parabole du pauvre Lazarre) ; lorsqu’il dénonce les pharisiens et scribes légalistes qui se retranchent derrière la loi, les dogmes, ou les « on a toujours fait comme ça » ; lorsqu’il fustige ceux des pharisiens et des scribes qui mettent de côté le commandement de Dieu pour s’attacher à la tradition des hommes. Etc.

Les papes Jean-Paul II et Benoît XVI étaient loin de rallier à eux autant de catholiques, ceux qui n’étaient pas de leur sensibilité, bien plus nombreux que les actuels opposants au pape François, ont-ils placardés des affiches dans Rome ? Des quarterons de cardinaux ont-ils écrit et publiés leur désaccord avec des exhortations post-synodales de ces papes ?… Non franchement, les opposants activistes au pape François sont sans vergogne et font pitiés…

Bref, ne manquons jamais de soutenir le pape François, de lui faire savoir que nous sommes très heureux de l’avoir comme pape, de prier pour lui, et de travailler avec lui pour une Église toujours plus fidèle aux exigences de l’Évangile ! Comme le disait notre fondateur, le père Emmanuel d’Alzon : « Travailler toujours pour Rome, quelquefois sans Rome, jamais contre Rome »

Ce contenu a été publié dans Accueil. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *